Publiée le 18 juillet 2014 Par Emilie Dans Vidéo

Le Sega mauricien toujours aussi populaire à l’île Maurice

Que ce soit à l’hôtel, sur la plage ou en soirée, le Sega est une danse inventée par les créoles d’origine africaine devenue symbole de « joie de vivre » à l’île Maurice.

Principalement basé sur la musique africaine de Madagascar et le continent de l’Afrique , le Sega mauricien est un mélange de musique et de danse (esclaves d’origine), qui aujourd’hui est joué avec des instruments modernes aux influences musicales et contemporaines.

Le frottement des pieds, le balancement des hanches et des paroles, font partie intégrante de la musique créoles. Les esclaves de toute évidence ont commencé à danser le Sega pour oublier leurs souffrances. Il y a maintenant plusieurs types de Sega à l’île Maurice.

Le Sega traditionnelle (où les instruments sont la ravanne, la maravanne et le triangle) à ses propres disciples et de fidèles. Ce « type de Sega » avait son propre poète : Ti Frère.

Le Sega moderne en faveur d’une version plus « jeune » qui ravie la population et les touristes pour ses rythmes rapide et sensuelle.

A l’origine chantée par les hommes et les femmes qui avaient été vendus comme esclaves, mais dont l’âme était restée sensible à la musique, le séga est aujourd’hui une chanson folklorique qui a elle-même intégrée dans le cadre de notre folklore.

C’est un cri de l’âme tente de transcender les misères et les chagrins de la vie, tandis que dans le même temps exprimer le désir de l’homme universel de joie et de bonheur. Il raconte les joies et les tristesses des paysans et les gens de la pêche. C’est un patrimoine nostalgique des villageois. Ses battements, de préhension en intensité, maintenant fournir le divertissement aux Mauriciens de tous les horizons de la vie dans les villes et villages. Aujourd’hui, le »Sega » et son battement sont une partie de la vie de chaque mauricien.

Les instruments originaux disparaissent rapidement, faisant place à l’orchestre de l’ensemble plus conventionnel. Cependant, tout au long des villages de pêche côtiers les instruments traditionnels sont encore utilisés: La « Ravane », qui est un cercle de bois sur lequel on a tendu un morceau de peau de chèvre, le Coco, (maracas) qui représente la section des percussions, le Triangle, un morceau triangulaire de métal qui tinte quand on le frappe avec une tige de fer. La guitare traditionnelle qui a été un instrument à cordes unique avec un arc attaché à un vide « Calebasse », a été remplacé par la guitare hawaïenne plus sophistiqués et électriques.

Stimulé et inspiré par le rhum local, les gens se rassemblent autour de la pêche un feu de camp et de donner libre cours à leurs émotions. Très souvent, ils dansent sans aucune musique à tous et sont accompagnés sseulement par le bruit de la « Ravane », le tintement des cuillères, le cliquetis des graines dans une boîte, et les battements de mains de spectateurs qui ont fini par se joindre à la mêlée.

La danse elle-même est le balancement rythmique de la hanche au rythme palpitant de la « Ravane ». Il commence par un balancement doux, sur un air lent et solennel, qui s’élève progressivement, en consommant les danseurs et l’établissement de leurs organes de saccades, des étirements et se balançant avec des mouvements animés de suivre le rythme avec le tempo sans cesse croissante. Le beat se glisse à l’intérieur de vous et que votre corps réagit au rythme, vous êtes transportés vers des sommets de l’extase, générant une force vibrante qui secoue vos pieds et vous inspire à une manière pleine d’entrain et sans retenue de la danse. Tant pis si votre mouvement ne suit pas le rythme … simplement continuer sur la danse et vous serez étonné de la manière dont le rythme et le mouvement de synchroniser plus tard.

1 Réponse

  1. Ah, ça me rappelle les vacances, les soirées feu de camp et tout ça! 🙂

    Paulette de lexpressproperty.com/fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 8 = 14